Est-ce que vous ou votre enfant avez déjà été invité(e) à une activité de natation ou de patinage? Ou bien à suivre un cours de poterie ou de yoga avec un ami? Ou encore à assister à un atelier d’apprentissage sur la technologie? Tous ces exemples constituent de magnifiques occasions de participations actives avec autrui.

Mais qu’arriverait-il si vous ne saviez pas nager ou que vous n’aviez pas de patin? Et si vous n’aviez pas de matériel d’artiste supplémentaire ou de matelas de yoga? Et si votre tablette n’était pas chargée? En quoi l’expérience différerait-elle?

Eh bien, vous pourriez aller à la piscine ou à l’aréna et rester dans les estrades en souriant pendant que vos amis feraient des bombes dans la piscine ou joueraient à un jeu sur la glace. Vous pourriez sans doute vous asseoir à la table pendant le cours de poterie et bavarder pendant que vos amis expérimenteraient la sensation de l’argile sur leurs doigts et l’utilisation du tour de potier. C’est pourrait être très bien de simplement écouter les directives sur la manière d’utiliser une nouvelle application pendant que les autres l’essaient et discutent de la façon de la faire fonctionner. Vous pourriez vous sentir intégré(e) socialement. Ce ne serait toutefois pas pareil, n’est-ce pas?

Pour vous sentir véritablement intégré(e) dans un milieu, quel qu’il soit, vous devez également avoir la possibilité de participer aux activités. Qu’est-ce qui fera l’objet des conversations, des rires, des frustrations si vous ne participez pas aux activités? De même, comment pourriez-vous utiliser vos sens sans vous impliquer? Ce n’est pas la même chose que d’être simplement intégré(e) socialement. En fait, qu’est-ce que cela veut dire d’être « intégré(e) socialement »?

Il semble y avoir une distinction entre l’intégration sociale et l’intégration scolaire. Certains élèves ont des objectifs liés à l’intégration sociale, mais pas à l’intégration scolaire. Plusieurs enseignants et parents croient que les études sont tellement loin de la portée de la compréhension ces élèves qu’ils se retrouvent intégrés uniquement pour des raisons sociales. Quand cela se produit, est-ce que nous répondons aux besoins de l’ensemble de nos élèves simplement en les ayant en classe pour des raisons sociales?

Comme enseignants et dirigeants scolaires, nous devons veiller à ne pas limiter la participation des élèves aux activités de la classe en fonction des objectifs d’intégration sociale. Tous les élèves ne participeront pas de la même manière, mais ils doivent participer.

Les élèves pourraient participer à la même activité, mais en fonction de différents objectifs. Des élèves pourraient travailler sur leurs techniques de présentation orale pendant que d’autres s’exercent à utiliser un commutateur électronique. Voilà un exemple d’une même activité avec des objectifs différents.

Si nos classes sont axées sur la matière scolaire, nos élèves doivent alors être intégrés sur le plan scolaire et intégré sur le plan social. Quand on tient compte des intérêts de tous les apprenants d’une classe, le niveau de participation de tout le monde augmente. Il en va de même pour l’implication et l’apprentissage!

Missy Pfaff headshotMissy Pfaff est coordonnatrice du programme « L’apprentissage pour tous » au sein du Conseil scolaire de district d’Avon Maitland en Ontario. Comptant 25 ans d’expérience, elle est ravie de constater que de nouveaux apprentissages s’effectuent dans les classes et les salles des enseignants imprégnées de la mentalité et la conviction que tous les enfants peuvent apprendre!