Skip to main content

Skip to main navigation

Participez à la conversation
Partager
Texte: Petit / Large

Fermer institutions au Canada

Au Canada, aujourd'hui, des milliers de Canadiens ayant une déficience intellectuelle restent piégés dans les grands établissements distincts - de façon inappropriée et injustifiée isolés de la société. Ils restent, pour la plupart, caché et retiré de la vie de la société en dépit d'une connaissance collective, basée sur la recherche et la pratique au cours des 30 dernières années, cette communauté avec bonne base prend en charge toutes les personnes ayant une déficience intellectuelle prospérer dans la communauté. Ils restent dans ces établissements en raison de l'inaction des gouvernements et des communautés.

 

Les gens du Canada (PFC) et l'Association canadienne First for Living Groupe de travail communautaire (ACIC) a été créé en 2002. Le Groupe de travail a tenu sa première réunion à Halifax (15 Juin - 16, 2002) lors d'une retraite du conseil d'administration CACL. Grâce à la création de ce groupe de travail, Personnes d'abord du Canada, l'Association canadienne pour l'intégration communautaire (ACIC), et leurs associations provinciales et territoriales, s'engagent à mettre en évidence l'incarcération continue et inacceptable des personnes ayant une déficience intellectuelle dans des établissements partout au pays.


Raison

  • Pour obtenir désinstitutionalisation de retour sur l'agenda national
  • Pour élaborer un plan pour faire désinstitutionalisation une priorité nationale
  • Pour développer la relation entre l'ACIC et personnes d'abord du Canada, et d'accord pour continuer à travailler ensemble

Objectifs

Le Groupe de travail a adopté plusieurs objectifs qui guident ses travaux en cours:

  • Élaborer un cadre pour un plan national sur désinstitutionalisation,
  • Élaborer une définition pratique du mot «institution»,
  • Identifier les actions qui peuvent être prises par les Premières et l'ACIC pour s'opposer plus activement l'institutionnalisation continue ou ré-institutionnalisation des personnes ayant une déficience intellectuelle dans ce pays.
  • Assurer le leadership et la coordination du processus de planification de l'action Fédération ACIC, et
  •  Établir des liens appropriés avec d'autres comités de planification d'action de la Fédération.


Valeurs directrices et croyances

Le Groupe de travail estime qu'il est essentiel, afin d'assurer des résultats positifs au sein d'une initiative de désinstitutionnalisation, que les personnes ayant une déficience intellectuelle ont:

  • Le droit de choisir où ils vivront et avec qui;
  • Services / programmes qui sont dirigées et contrôlées par la personne et qui sont respectueux de leur droit de faire des choix et prendre des risques;
  •   Le droit de modes de vie individualisés et de contrôle sur le financement individualisé requis;
  • Le handicap nécessaires relatives soutien nécessaires pour participer pleinement à la communauté;
  • La reconnaissance de la prise de décisions appuyées modèle et le soutien d'amis / famille / préconise nécessaire pour assurer un processus de planification appropriée;   


Le Groupe de travail estime que la désinstitutionnalisation doit être plus que la simple fermeture de grandes institutions, plus que simplement remplacer les grandes institutions avec les petits, bien plus que la création de réseaux de foyers de groupe, et finalement plus que remplaçant isolement en dehors de la communauté pour l'isolement au sein de l' communauté.

Task Force adhésion


Nous croyons que l'institutionnalisation des personnes ayant une déficience intellectuelle est un déni de leur droit fondamental de la citoyenneté et de la participation dans la communauté; une suppression des droits protégés par la Charte canadienne des droits et libertés, la législation sur les droits de l'homme et de nombreux autres accords internationaux signés par le Canada.

L'institutionnalisation des personnes ayant une déficience intellectuelle au Canada demeure un obstacle majeur à la pleine inclusion et la citoyenneté, à la fois pour les personnes qui demeurent dans ces établissements ainsi que les milliers de Canadiens qui sont à risque d'institutionnalisation avenir. Nous savons que:


  • Plus de 900 personnes restent emprisonnées dans des établissements institutionnels conçus spécifiquement pour les personnes au foyer avec une déficience intellectuelle.
  • Plus de 12.000 citoyens canadiens vivent dans des institutions liées à la santé tels que les établissements pour personnes âgées, Hones de soins infirmiers, les hôpitaux de soins de courte durée, les établissements de soins de longue durée et les foyers de soins personnels, par opposition aux maisons ordinaires dans la communauté.
  • Plusieurs provinces et territoires ont commencé à s'éloigner des engagements antérieurs pris pour compléter la fermeture institutionnels, tandis que d'autres doivent encore indiquer son intention de fermer les installations.
  • Dans au moins deux des domaines nouveaux établissements sont en cours de construction qui abritera les personnes ayant une déficience intellectuelle.
  • La politique gouvernementale actuelle dans plusieurs provinces et territoires restreindre l'accès aux financements nécessaires et les mesures de soutien et les services communautaires nécessaires à la vie en communauté.
  • De plus en plus, les personnes ayant une déficience intellectuelle et leurs familles sont présentés avec des options qui ne supportent pas les modes de vie de choix, mais plutôt à des programmes de foyers de groupe et / ou d'autres endroits où les gens se rassemblaient.
  • Dans plusieurs provinces et territoires personnes ayant une déficience intellectuelle sont admis sur une base régulière à des institutions, violant directement une politique déclarée de désinstitutionalisation.

Traduit en utilisant Google Translate